LE B.B.

Publié le par Mademoiselle D

brigitte-bardot-brigitte-bardot-lancel-big.jpg

Avant que je ne sois touchée par la grâce divine (ou animale ?) qui me dote de la fameuse vision aux rayons X qui fait que je ne peux plus voir  un ‘beau’ sac sans voir la peau d’un être vivant ayant subit moultes altérations chimiques, Lancel figurait parmi mes marques préférées de maroquinerie de luxe.

Dès lors, tout devint vraiment plus facile. Non, je n’avais pas de sac Lancel,  pas parce que je ne POUVAIS pas me le payer mais bien parce que je ne VOULAIS (leather is murder ! Tu saisis la nuance ?? ). Mais ça c’était jusqu’à ce que j’apprenne la création du B.B. ...

lancel-croquis-BB_scalewidth_630.jpg lancel-sac-bardot-bb.jpg

Le B.B., pour ceux qui ne connaissent pas encore (quoi ???), c’est  

THE sac de luxe ET 100 % VEGAN.

 

B.B. pour les initiales de Brigitte Bardot, le mythe du glamour et de la sensualité, la fervente défenseuse des animaux, qui a accepté de prêter son nom à la seule condition que celui-ci soit garanti sans matière animale.

Résultat : un sac en droite lignée avec l’élégance de la marque, où chaque détail a une signification particulière.

 

sacs-porte-epaule-brigitte-bardot-synthetique-gris-bleu-lan

 

 

Le bémol, bien entendu, le prix : on paie ici non seulement la marque mais également le nom de la légende qui y est associée. Bon d’accord c’est Lancel mais, faut pas déconner, c’est pas du Delvaux, du Gucci ou du Chanel non plus... Bref, n’espérez donc pas que celui-ci soit plus abordable parce qu’il ne contient pas de cuir ou de daim !

Où alors vous faites comme moi, vous rencontrez des personnes géniales et vous vous faites des amis en or pour qu’un jour, pour votre anniversaire, ils décident tous de se côtiser pour vous offrir ce sac de rêve. ;-)

Le problème quand vous vous retrouvez livrée à vous-même avec cette chose si petite et si fragile élégamment suspendue à votre épaule, le monde entier vous semble soudain tel une grande jungle hostile :

-    La loi de la vexation universelle s’acharne sur vous (que vous croyez) : "Tu va voir, à tous les coup, le serveur va renverser du vin sur moi, chériii donne-moi ta veste steuplé, faut que je le protège avec quelque chose. Mais nooon il va rien arriver à ta veste t’inquiète, quel matérialiste j’te jure !"
-    Vous devenez totalement parano : "Mais si je vois bien que tout le monde me regarde, faut pas que je sorte avec, on va me le voler c’est sûr, ce sac vaut plus cher que ma propre vie, tu te rends pas compte !"
-    Vous adoptez la biatch attitude : "Euh toi là, tu peux faire gaffe à pas toucher mon sac quand tu t’approches steuplé ? Oui, je sais que t’es mon ami et que c’est toi qui l’a payé en partie mais c’est pas une raison, ok ?"
-    Vous devez forcément prendre certains réflexes de luxe : "Si je vous paie 2 euros au lieu de 1, vous acceptez de mettre mon sac SEUL dans un vestiaire ? "
-    Vous êtes en proie à de profonds dilemnes : "Ok, t’es mon chat d’amour, je t’adore et B.B. aussi elle t’adore, mais me force pas à choisir entre toi et le symbole de mon amour pour toi et retire tes griffes de ce sac, d’accord ?"
-    Vous devenez perverse et sans scrupules : "M**** j’ai les mains pleines de chocolat, mais les mouchoirs sont DANS le sac, comment je fais pour les prendre sans le toucher ? ...........Chériii, tu peux me refiler ta veste ? Oui, encore steuplé..."
-    Vous parlez un langage d’initiés : "Ca y est, j’ai enfin un B.B. ! Ah ben oui ça pour en prendre soin, je vais en prendre soin ! 2 ans que j’attends pour m’en payer un, tu rigoles ! Ben quand même c’est une responsabilité, puis t’as vu ce que ça coûte, faudrait pas que je l’oublie quelque part ou je ne sais pas... Ben quoi, qu’est-ce que j’ai dit ??"


Mais malgré tout ça, sachez que j’ai bien l’intention de faire honneur à ce merveilleux cadeau qu’on m’a fait, de le garder, le chérir, le préserver toute ma vie et d’ensuite le léguer à mes enfants qui eux-mêmes le lègueront à leurs enfant, aux enfants de leurs enfants... et ainsi de suite.

B.B. je t’aime forever et pour toujours (et vous, mes amis, encore plus !!!)

 

Commenter cet article